Veuillez porter attention au Disclaimer situé en bas de page

L’ensemble de notre recherche est disponible gratuitement sur la plateforme research pool via le lien suivant: GreenSome/ResearchPool

Date de publication: 29/06/2022
 

Secteur : Composants & équipements électroniques
Marché : Euronext C
Capitalisation : 9,73 M€
Objectif de cours : 1,78 € 
Potentiel : +88%
Opinion : Achat

Accord de Sale/Lease Back
  • Signature du Sale/lease back du bâtiment de Cambridge pour 6 M$.

Il y a un peu plus d’une semaine, Egide annonçait que Banc of California avait accepté de décaler au 30 septembre l’échéance pour retrouver un partenaire financier aux USA.
Le groupe vient d’annoncer que le projet de refinancement du bâtiment de Cambridge pour 6 M$ a été conclu avec Tempus Cambridge LLC. « Le bail attaché à la transaction porte sur 15 ans avec un loyer annuel de 0,4 M$ ».

Cet accord va permettre de rembourser les emprunts long terme américains se montant à 2,5 M$ mais aussi aidera à l’obtention des lignes de crédit revolving qui financent le BFR des entités US.

Cet apport de liquidités va donner les moyens au groupe de poursuivre ses investissements dans son outil industriel aux Etats-Unis ce qui aidera à améliorer sa compétitivité. Par ailleurs, d’un point de vue purement comptable cela permettra très probablement à ses commissaires aux comptes américains de lever « leurs doutes ».

Egide retrouve de l’air dans un environnement qui, du fait de l’actualité, amène à une augmentation franche des investissements dans le domaine militaire. Le groupe doit donc saisir cette opportunité, aidé par un outil industriel modernisé, pour accroître son portefeuille clients ce qui était l’une de ses faiblesses.

Opinion & objectif de cours.
Cette publication est positive et conforte notre opinion.
Nous attendrons d’échanger avec la direction financière pour évaluer les impacts sur nos prévisions mais en tout état de cause, Egide se dote ainsi de moyens lui offrant ue visibilité non négligeable.

En attendant, nous conservons nous confirmons notre objectif de cours et notre opinion Achat.

Secteur : Promoteur Immobilier
Marché : Euronext Growth
Capitalisation : 35,5 M€
Objectif de cours : 29 € 
Potentiel : +80%
Opinion : Achat

RN 2021-22 + Contact : La dette, un mal nécessaire et tenable ?
  • CA 2021-22 de 290,3 M€ +3,5%, marge brute 21,3% vs 22,7% en 2020/21 (22% attendue), marge opérationnelle courante stable (8% / 8,6% attendue), marge nette 0,4% vs 1,1% en 2020/21 (1,4% attendue) ;
  • Gearing 3,69x vs 2,32x en 2020/21 (2,94x attendu) ;
  • Objectif CA 2022-23 supérieur à 350 M€ confirmé.
Nous avions conservé nos hypothèses de marges à la suite de la publication du CA annuel malgré un volume d’affaires inférieur de 26 M€ à nos attentes. Cette décision se justifiait par le positionnement du groupe sur des projets d’envergure permettant, entre autres « d’optimiser les marges grâce à la réduction des frais de commercialisation et des démarches administratives ».
In fine, les charges opérationnelles sont légèrement inférieures à nos attentes ce qui démontre la capacité du groupe à maîtriser ses charges. En revanche c’est au niveau de la marge brute que la pression a été supérieure à nos prévisions. Ceci s’explique, en partie, par des « coûts travaux » en nette progression surtout sur la seconde partie de l’année (MB S1 21,9% / S2 20,6%).

Le résultat financier s’établit à -19,2 M€ vs -18,1 M€ et -18,2 M€ attendu. Le poids accru de la dette joue logiquement mais de manière moins marquée que l’on aurait pu s’y attendre au regard de la hausse de la dette financière.
En effet, le gearing passe de 2,3x à 3,7x ce qui représente une dette supplémentaire, hors dette locative, de l’ordre de 100 M€. Cette dernière résulte de la politique d’achat de foncier très importante pour 240 M€, « La Scène des Loges » représentant à elle seule 0,77x. La hausse mesurée des frais financiers au regard de celle de la dette est liée, en partie, à la politique de gestion de la dette obligataire. Ainsi, ce sont 115 M€ d’obligations qui ont été remboursées et remplacées par une maturité accrue à un meilleur coût.

Le groupe Capelli, malgré une trésorerie de 115 M€, présente des ratios de dette très élevés. Cet élément joue probablement défavorablement d’un point de vue boursier. Au-delà de cette considération, se pose la question de la gestion à venir de cette dette qui conditionne la croissance future dans un environnement de taux amené à se tendre.
Longtemps nous avons plaidé pour une politique de renforcement des capitaux propres afin de se donner plus de latitude à l’image de ce qui a été fait par d’autres acteurs du secteur. Le choix n’a pas été celui là pour des raisons qui sont propres au groupe Capelli, reste désormais à être imaginatif. Cela passe par la co-promotion avec des investisseurs comme évoqué lors de la publication du CA annuel et décrit par la direction comme une ouverture du capital par le bas donc par opération. Cela induit un apport en capitaux propres moindre de la part de Capelli mais en corollaire un partage des gains entre les partenaires.

Dans un environnement où l’on constate une pression sur les coûts de construction et une hausse des coûts de financement, afin d’éviter d’être pris en ciseaux il faudra faire preuve d’une « extrême finesse » dans le montage des opérations. Le fait que le groupe ait réussi à remporter des programmes phares peut être un bon indicateur de cette compétence.
Par ailleurs, Capelli peut s’appuyer sur des institutionnels qui doivent investir.  Aussi, ils n’ont pas intérêt à mettre trop en difficulté leurs partenaires. Cet élément peut être un facteur de soutien « court terme » permettant de gérer la croissance et la dette. A moyen terme, nous pourrions aussi constater une baisse du prix du foncier de fait de la hausse des taux. Les promoteurs ayant de moins en moins de variables d’ajustement, ils auront donc tendance à se positionner à des prix moindres.
Ainsi, bien que la dette reste un facteur clé, le groupe Capelli dispose d’options lui permettant d’être relativement serein quant à sa capacité à poursuivre son développement.

D’un point de boursier, en revanche, la dette est, selon nous, le sujet car elle vient « écraser » par son coût la génération de trésorerie. A cela s’ajoute l’interrogation sur la capacité à tenir ses niveaux dans le temps. Capelli va donc devoir démontrer sa dextérité.

Objectif et opinion.
Le poids de la dette rend l’approche par comparables très compliquée car elle fait ressortir une valorisation négative en utilisant les multiples de CA (0,4x en moyenne sur 2022-24) et de ROC (5,4x). Cet élément joue logiquement négativement d’un point de vue boursier. Après la dette étant aussi corrélée au foncier détenu, il faut prendre en compte ce facteur.
Au regard de cette situation exceptionnelle, nous ne retenons donc que le multiple de résultat net qui est en moyenne de 7,4x entre 2022 et 2024. Sur cette base la valorisation par comparables ressort à 29 € et celle par DCF avec un taux d’actualisation de 8,8% à 29 €.
Nous confirmons donc notre objectif de cours et notre opinion mais l’environnement général pourrait être pénalisant pour le titre à court terme.

Secteur : Media
Marché : Euronext Growth
Capitalisation :  378,4 M€
Opinion : Achat
Objectif :  11,35 €
Potentiel : +66,4%

Communiqué

  • Nouveau projet d’acquisition majeure
  • Reprise des actifs numériques de UNIFY auprès de TF1

Actualité : Offre d’acquisition du groupe UNIFY
Reworld poursuit sa politique très active de croissance externe. Après l’acquisition de Melty fin 2021 (spécialisé sur les jeunes), de deux sites dans l’univers du gaming en février 2022 (Eclypsia et JeuxVideo-Live.com), et du Groupe Psychologies en avril, Reworld annonce avoir signé un accord avec le Groupe TF1 en vue de l’acquisition des activités Publishers de UNIFY.

L’accord porte sur douze marques digitales dont certaines figurent parmi les plus emblématiques en France comme aufeminin, Marmiton, Doctissimo, Les Numériques, ou Minute Buzz.
Le projet d’acquisition concerne également les activités de production audiovisuelle regroupées sous la marque Garage et les activités sociales et influence de Studio Fy ainsi que la régie publicitaire Unify Advertising.
Enfin, Reworld Media poursuivrait son développement international en faisant l’acquisition de deux médias digitaux opérés aux Royaume-Uni avec Netmums et Sofeminine

Les actifs repris représentent une audience de 25 millions de visiteurs uniques chaque mois et plus de 200 millions de pages vues par an.
En cumulé, Reworld afficherait ainsi une audience de plus de 36 millions de visiteurs uniques et, selon les données de Mediamétrie, se placerait dans le top 5 des groupes les plus visités en France.
Il s’imposerait ainsi auprès des annonceurs comme un acteur incontournable dans de nombreux univers thématiques tels que le « Food », le « Féminin », la « Santé » et le « High-tech », en plus de ceux sur lesquels il dispose déjà d’une position forte (maison, automobile…).
Cette opération lui permettrait également de devenir un groupe référent auprès de la cible « Jeunes » et des réseaux sociaux qu’ils privilégient (Snapchat, Tiktok, Instagram, Twitch) sur lesquels les investissements publicitaires progressent le plus vite.

Modalités financières non communiquées
La transaction n’est pas encore finalisée et les détails financiers n’ont donc pas été communiqués.
Toutefois Reworld précise que l’opération ne serait pas dilutive pour les actionnaires. Avec une trésorerie disponible au 31 décembre 2021 de 123 M€ et un faible ratio d’endettement, le groupe a donc certainement su mobiliser ses partenaires bancaires.

En termes de volume, l’ensemble des activités reprises totaliserait un CA annuel de l’ordre de 60 M€. Comparativement à la taille du groupe, cette opération serait significative puisque cela représenterait près de 30% du CA réalisé dans le digital et aurait un impact en année pleine sur le CA Groupe de près de 12%.
D’un point de vue opérationnel, Reworld reprendrait la totalité des salariés d’UNIFY soit plus de 300 personnes.

Opinion Achat confirmée 
Cette opération structurante démontre une nouvelle fois le savoir-faire du groupe en matière d’acquisition et sa capacité à saisir les bonnes opportunités.
Elle vient également confirmer notre sentiment que Reworld souffre d’une décote injustifiée.
Au final, nous réaffirmons notre opinion Achat avec un objectif de cours, qui n’intègre pas encore cette acquisition, de 11,35 € offrant un potentiel de hausse de 66,4%.

GreenSome Consulting et GreenSome Finance attirent votre attention sur le fait que les informations présentées dans les pages suivantes restent partielles. Elles ne peuvent être considérées comme ayant une valeur contractuelle. Les publications présentées ont été rédigées par GreenSome Consulting ou GreenSome Finance et sont délivrées à titre informatif. Elles ne constituent en aucun cas des ordres d’achat ou de vente des valeurs mobilières qui y sont mentionnées. Elles sont destinées aux investisseurs professionnels et ne constitue en aucun cas une décision d’investissement. De ce fait, ni GreenSome Consulting, ni GreenSome Finance ni ses dirigeants, ni ses employés ne peuvent être tenus responsables d’une quelconque décision d’investissement. Les informations, estimations et commentaires exprimés dans ces études proviennent de sources jugées dignes de foi. Toutefois, GreenSome Consulting et GreenSome Finance n’en garantissent ni l’exactitude, ni l’exhaustivité, ni la fiabilité. Ainsi, sa responsabilité, ni celle de ses dirigeants, ni de ses employés, ne pourrait être engagée d’aucune manière à ce titre. Les opinions, appréciations, estimations et prévisions contenues dans ces publications reflètent le jugement de GreenSome Consulting ou GreenSome Finance aux dates mentionnées en première page des documents, et peuvent ultérieurement faire l’objet de modifications ou d’abandons sans préavis, ni notification. Ces publications ne peuvent être diffusées auprès de personnes soumises à certaines restrictions. Ainsi, en particulier, au Royaume-Uni, seules les personnes considérées comme ‘personnes autorisées ou exemptées’ selon le ‘Financial Services Act 1986’ du Royaume-Uni, ou tout règlement passé en vertu de celui-ci ou les personnes telles que décrites dans la section 11 (3) du ‘Financial Services Act 1986 (Investment Advertisement) (Exemption) order 1997’ peuvent avoir accès aux publications présentées. Celles-ci ne sauraient être distribuées ou communiquées, directement ou indirectement, à tout autre type de personne. Toute personne qui viendrait à être en possession de ces publications doit s’informer et respecter de telles restrictions. De même, ces publications ne peuvent être diffusées aux Etats-Unis ni à ses ressortissants. Les valeurs mobilières faisant l’objet de ces publications n’ont pas été enregistrées auprès de la Securities and Exchange Commission et envoyer ces études à un résident des États-Unis est interdit. Il est possible que GreenSome Consulting ait conclu avec l’émetteur sur lequel porte l’analyse financière un contrat en vue de rédiger et diffuser une (ou plusieurs) publication(s), laquelle (lesquelles) a (ont) été relue(s) par celui-ci. Toutefois, le cas échéant, ces publications ont été réalisées par GreenSome Consulting et GreenSome Finance de façon indépendante, conformément à la déontologie et aux règles de la profession. Ces publications restent la propriété de GreenSome Consulting et GreenSome Finance et ne peuvent être reproduites ou diffusées sans autorisation préalable.