Veuillez porter attention au Disclaimer situé en bas de page

L’ensemble de notre recherche est disponible gratuitement sur la plateforme research pool via le lien suivant: GreenSome/ResearchPool

Date de publication: 27/03/2020
Secteur : Composants & équipements électroniques
Objectif de cours : Sous-revue  
Opinion : Sous-revue

Un discours optimiste pour 2020 malgré le Covid 19
Lors de la présentation des résultats annuels, la direction a tenu un discours relativement optimiste au regard du contexte. Elle estime notamment que les 3 entités que son Egide SA, Egide USA et Santier, ces deux dernières étant amenées à n’en faire qu’une, sont en mesure dès cette année « d’être profitables et génératrices de trésorerie ». En termes de profitabilité c’était le cas pour Egide USA (mop 1,8%), de peu pour Santier (-0,9%) et assez éloigné pour Egide SA (ROP -2,4 M€). Si l’on retraite des coûts liés à la réorganisation, le ROP d’Egide SA aurait été -1,5 M€.
 
Comment aboutir à une situation de génération de profits dès 2020 ?
Pour Egide USA, il faut tenir les coûts et poursuivre le développement de la céramique qui apporte du « new business ». Par ailleurs, la direction a indiqué avoir investi afin d’accroître sa capacité de production. Aussi, si désormais Cambridge est correctement dimensionné et si, comme la direction l’indique, 2020 est une année de croissance, alors il existe un effet de levier immédiat sur la rentabilité.
 
Pour Santier, là aussi la direction se veut optimiste et vise une rentabilité se rapprochant des niveaux constatés entre 2017 et 2018. Pour mémoire, la rentabilité opérationnelle 2017 était de 15,4% (année du rachat) et en 2018 de 5% mais 17,4% au S1. Santier a pâti d’une concurrence accrue lui faisant perdre des contrats importants et d’un outil pas assez performant. A cela s’est ajouté une certaine instabilité au niveau du top management. Ce dernier point est réglé, reste désormais à revenir commercialement parlant. Si tel est le cas, la profitabilité devrait suivre.
 
Pour Egide SA, le challenge semble bien plus ambitieux. L’ERP qui devait être déployé à la fin du T1 le sera à la fin du T2. Bien que provisionnés, il existe toujours des contentieux avec d’anciens salariés ayant fait partie du plan de réorganisation. Néanmoins, la direction estime l’abaissement immédiat du point mort du fait des mesures prise à 660 K€ en année pleine et 580 K€ dès cette année. Pour 2020, elle pense pouvoir au moins rendre Egide SA génératrice de trésorerie. Pour cela l’optimisation du BFR sera clé tout comme la maîtrise des investissements. Pour l’ensemble du groupe, le niveau normatif est de l’ordre d’1 M€.
 
De manière plus générale, la direction a mis l’accent sur le fait que le T1 affichait une nette progression de l’activité ce qui traduisait, en partie, les efforts réalisés depuis 18 mois. Elle a mis en avant son carnet de commandes qui se monte à 34,8 M€.
 
Impact Covid 19
Le discours se veut également très rassurant avec comme argument principal que le groupe est positionné sur des secteurs « protégés » de par son exposition Défense. Egide ne sent pas, à ce jour, de coups d’arrêt tout juste quelques ajustements liés à l’adaptation des capacités de production de ses clients. Quant à lui, toujours à ce jour, il arrive à suffisamment organiser les équipes pour continuer à répondre à la demande de manière satisfaisante. 
Nous concernant, nous ferons preuve de beaucoup plus de prudence d’autant plus que les USA devraient devenir sous peu l’épicentre de la pandémie. A ce jour 50% des États ont pris des mesures de confinement mais Donald Trump compte toujours « rouvrir l’économie » le 12 avril. Il est donc difficile d’imaginer qu’Egide ne soit que peu touché car même si ses unités de production sont en mesure de tourner il y a fort à parier que certains de ses clients de se mettront en off quelques temps. Tout devrait se concentrer sur le T2. Après toute la question est de savoir dans quelle proportion les clients vont ralentir leur demande et combien de temps il faudra pour vraiment redémarrer. Autre facteur pouvant jouer négativement, le gel de certains programmes d’investissement. 
 
Opinion & Objectif sous revue. 
Le discours est volontaire et c’est une bonne chose dans le contexte actuel. La direction a voulu rassurer tant au niveau de l’activité que de la situation de trésorerie à court terme sachant que « tous les ressorts seront utilisés ». Nous sommes néanmoins dubitatifs sur les mois à venir. Si le groupe passe entre les gouttes, ce sera un signal fort sur la résilience de son modèle et certainement l’opportunité de gagner des parts de marché. Restera alors à prouver que ce modèle peut devenir rentable sur l’ensemble du périmètre.

GreenSome Consulting et GreenSome Finance attirent votre attention sur le fait que les informations présentées dans les pages suivantes restent partielles. Elles ne peuvent être considérées comme ayant une valeur contractuelle. Les publications présentées ont été rédigées par GreenSome Consulting ou GreenSome Finance et sont délivrées à titre informatif. Elles ne constituent en aucun cas des ordres d’achat ou de vente des valeurs mobilières qui y sont mentionnées. Elles sont destinées aux investisseurs professionnels et ne constitue en aucun cas une décision d’investissement. De ce fait, ni GreenSome Consulting, ni GreenSome Finance ni ses dirigeants, ni ses employés ne peuvent être tenus responsables d’une quelconque décision d’investissement. Les informations, estimations et commentaires exprimés dans ces études proviennent de sources jugées dignes de foi. Toutefois, GreenSome Consulting et GreenSome Finance n’en garantissent ni l’exactitude, ni l’exhaustivité, ni la fiabilité. Ainsi, sa responsabilité, ni celle de ses dirigeants, ni de ses employés, ne pourrait être engagée d’aucune manière à ce titre. Les opinions, appréciations, estimations et prévisions contenues dans ces publications reflètent le jugement de GreenSome Consulting ou GreenSome Finance aux dates mentionnées en première page des documents, et peuvent ultérieurement faire l’objet de modifications ou d’abandons sans préavis, ni notification. Ces publications ne peuvent être diffusées auprès de personnes soumises à certaines restrictions. Ainsi, en particulier, au Royaume-Uni, seules les personnes considérées comme ‘personnes autorisées ou exemptées’ selon le ‘Financial Services Act 1986’ du Royaume-Uni, ou tout règlement passé en vertu de celui-ci ou les personnes telles que décrites dans la section 11 (3) du ‘Financial Services Act 1986 (Investment Advertisement) (Exemption) order 1997’ peuvent avoir accès aux publications présentées. Celles-ci ne sauraient être distribuées ou communiquées, directement ou indirectement, à tout autre type de personne. Toute personne qui viendrait à être en possession de ces publications doit s’informer et respecter de telles restrictions. De même, ces publications ne peuvent être diffusées aux Etats-Unis ni à ses ressortissants. Les valeurs mobilières faisant l’objet de ces publications n’ont pas été enregistrées auprès de la Securities and Exchange Commission et envoyer ces études à un résident des États-Unis est interdit. Il est possible que GreenSome Consulting ait conclu avec l’émetteur sur lequel porte l’analyse financière un contrat en vue de rédiger et diffuser une (ou plusieurs) publication(s), laquelle (lesquelles) a (ont) été relue(s) par celui-ci. Toutefois, le cas échéant, ces publications ont été réalisées par GreenSome Consulting et GreenSome Finance de façon indépendante, conformément à la déontologie et aux règles de la profession. Ces publications restent la propriété de GreenSome Consulting et GreenSome Finance et ne peuvent être reproduites ou diffusées sans autorisation préalable.